Auteur : 
Séverine RIVENQ

Les outils digitaux ont modifié les habitudes du public et des artistes. Pour les théâtres le web 2.0, les médias sociaux et les nouvelles technologies présentent de formidables atouts. La démarche des spectateurs est simplifiée et participative. Parallèlement les scénographes explorent les profondeurs du spectacle augmenté et interactif. Des gradins aux coulisses l’innovation numérique occupe la scène. 

L’innovation digitale, côté public

Se rendre au spectacle, un acte facilité

Dématérialisée, la billetterie est accessible partout et tout le temps sur smartphone, tablette et ordinateur. Enregistré dans une base de données le billet digital constitue un droit d’entrée. Les objets connectés, comme des bracelets, complètent également les dispositifs de billetterie en offrant des prestations complètes, notamment pendant les festivals : paiement des boissons, de la nourriture, sortie et nouvelle retour en salle possibles...
Au-delà de l’aspect pratique c’est la démocratisation de la culture qui est en jeu, l’accès de tous aux œuvres grâce à la technologie. Google l’a bien compris en créant sa plateforme Google Arts & Culture qui permet de découvrir l’art pictural en haute définition, de voir une performance à 360° ou de visiter des sites célèbres face à son écran. 
Le pass Culture, appli mise en place par le gouvernement français et expérimenté en 2019, illustre cette inéluctable évolution. Elle permet aux personnes de 18 ans de bénéficier d’une somme de 500€ pour profiter gratuitement d’offres culturelles. Une nouvelle façon d’inciter les jeunes à pousser la porte des théâtres et des musées ?

Dialoguer, participer et partager son point de vue, une pratique encouragée

Le public d’abord intrigué puis rapidement convaincu a progressivement pris l’habitude de s’exprimer sur les médias sociaux. Il recueille des avis, transmet son point de vue, dialogue avec les créateurs, les interprètes ou les organisateurs. Il interagit volontiers et constitue une communauté engagée, active et souvent fédérée. Il rédige des commentaires sur les sites web ou les différents blogs et s’est vite familiarisé avec des logiciels comme celui proposé par la société GreenCooper qui stimule le partage d’idées, l’échange avec les artistes et déploie des fonctionnalités pratiques comme la géolocalisation. 
Le chatbot Messenger est également une nouvelle façon d’inciter le public à sortir.  Ce soir sur seine par exemple conseille et sélectionne des pièces de théâtre en région parisienne en fonction du budget et des aspirations de chaque utilisateur. Des arguments y sont présentés et le bouton « J’y vais » renvoie vers la billetterie en ligne du spectacle choisi. 

L’innovation digitale, coté organisateur

Un atout pour adapter ses propositions

Tous ces dispositifs numériques apportent des informations de qualité aux organisateurs. Ils reçoivent et exploitent des données importantes pour mieux connaître et comprendre les aspirations du public, les appétences du moment. Ces précieuses indications alimentent les choix artistiques, inspirent les projets de médiation autour des œuvres, donnent des idées pour créer des événements adaptés aux attentes des spectateurs.

Un gain de temps pour organiser le fonctionnement interne

Les outils digitaux ont considérablement amélioré l’organisation des entreprises de spectacle vivant. De la création à la diffusion en passant par la tournée, toutes les tâches à effectuer sont minutieusement préparées et prennent du temps : réseaux sociaux d’entreprise, gestion de projet en ligne avec Trello, agendas partagés, automatisation des tâches répétitives, gestion des feuilles de route mieux maîtrisée avec Orfeo... accélèrent les processus, les rendent plus simples, plus dynamiques, plus fluides. 
Les réseaux sociaux ont également donné une nouvelle impulsion aux relations avec la presse. Twitter s’est imposé comme le média idéal pour véhiculer des informations concernant le monde de la création artistique, apporter des précisions aux journalistes de manière efficace et rapide. 
L’aspect visuel du spectacle vivant est une formidable matière pour susciter la curiosité et l’envie !

L’innovation digitale, côté artistes

Un amour durable

Les nouvelles technologies intriguent et attirent de nombreux metteurs en scène et chorégraphes. Une passion qui dure depuis longtemps car les effets spéciaux ont toujours occupé une place de choix sur les tréteaux. La pluie, l’orage, les apparitions, les murs qui tombent et les voilent qui volent... font rêver le public, rendent l’œuvre plus onirique, unique et différente au fil des représentations. Aujourd’hui de nombreuses scénographies sont numériques et favorisent in fine une approche minimaliste qui magnifie le texte, la danse, la musique... 
Le spectacle Cold Blood du Collectif Kiss and Cry est un formidable exemple de la manière dont les artistes ont su s’emparer des évolutions technologiques. https://www.youtube.com/watch?v=mBYhw0R81jo 
Les formations autour de la scénographie numérique, quant à elles, se multiplient et deviennent de plus en plus pointues.
http://www.illusion-macadam.coop/formation/2018/scenographie-numerique

Un amour partagé

La frontière entre scénographie et spectacle augmenté, “augmented performance” ou “augmented performing arts” en anglais, s’avère ténue. Comme des architectes les artistes utilisent des logiciels 3D dont ils explorent les potentialités au point d’engendrer une totale interaction avec le public. La tendance est exponentielle et les réalisations immersives et interactives explorent des champs insoupçonnés. Le lien avec les spectateurs pendant la représentation offre des possibilités esthétiques et innovantes infinies. La communication entre le plateau et la salle est immédiate, totale. L’expérience peut marquer profondément et durablement... The Encounter, Simon McBurney

#digital #technologie #spectacle #public #artiste

Marque(s) concernée(s) : 
-->